Mise à jour du site : iconoclast-e.info

Prologue

       
Au moment où tous les regards se tournent, à la fois avec curiosité et crainte pour un déséquilibre économique 
mondial, vers un développement de l’espace asiatique, Chine en tête, est-il raisonnable de rappeler ce  que l’analyse retient 
d’une époque déjà lointaine, celle des McCormick et Rockefeller, pour ne citer que deux parcours, l’un dans le domaine 
agricole, l’autre dans le domaine industriel ?  D’une part, ils expliquent le pourquoi et le comment du prodigieux essor des 
Etats-Unis d’Amérique entre, approximativement  1817 et 1923,et qui se résument en résoudre les problèmes avec une 
volonté et une énergie indomptables dès qu’ils apparaissent, dans les conditions particulières d’une exceptionnelle 
abondance de ressources naturelles à  laquelle s’ajoute une orientation de la ligne à suivre dessinée par les étapes 
antérieures du « Vieux Continet ». C’est aussi – il faut le noter – une  période au cours de laquelle la population doubla, 
passant de 100 à 200 millions d’habitants, résultat combiné d’une naturelle poussée démographique et de l’admission sur 
le territoire de contingents sans cesse croissants d’immigrants attirés par le « Nouveau Monde ». L’avenir était on ne peut 
plus radieux.
 
Brusquement, la puissante machine s’enraya. En 1933 près du quart de la population urbaine active était sans 
travail, une situation qui, malgré toutes les tentatives d’y mettre fin, plus ou moins similaire, perdura jusqu’à … 
« the outbreak of the war in Europe » (A. Sloan) !

De tous ces faits, une conception inattendue et plutôt bizarre consiste à se demander si développements  
économique et démographique sont aussi indépendants l’un de l’autre qu’ils le paraissent a priori ?  Il y aurait alors comme 
un relent de malthusianisme … une époque bien plus éloignée encore que celles précédemment évoquées !  Etant donnée 
la question : comment y répondre ?

                     Dans la tentative historique de mise en place d’un autre modèle économique les interrogations ne sont pas 
moindres. Lorsqu’en 1917 Lénine entend bousculer l’ordre établi, il s’appuie sur le slogan ; tout le pouvoir aux soviets, dans 
la droite ligne de Marx qui envisageait une communauté de travailleurs organisant eux-mêmes la production. Cette logique 
le conduisait, une fois son pouvoir établi, à instituer partout, en tout lieu d’activité industrielle, agricole, commerciale, un 
soviet local prenant progressivement des initiatives pour parvenir à un stade de coordination  de l’ensemble de 
la production-distribution des biens. Et, comme chacun sait, c’est exactement le contre-pied qui prévalut, avec un pouvoir 
étatique et une économie soumise à une planification centralisée.

Actuellement, la préoccupation essentielle s’exprime par « la crise » et on parle de « politique monétaire » pour y 
remédier. Des mots. A-t-on jamais vu une telle soi-disant politique faire avancer les choses ?  Les cyniques, eux, sont plus 
coriaces, affirmant qu’il n’est rien de tel qu’une « bonne guerre » pour relancer l’économie !  A un congressman qui lui 
demandait s’il n’existait pas une formule, un moyen, pour éviter les écueils et piloter sereinement l’économie, l’ancien 
président du Federal Reserve System, Alan Greenspan, répondit : depuis 25 ans je me suis posé cette question et ai conclus 
que si une telle chose existe ce ne peut être qu’au royaume de Don Quichotte. Le marché est indomptable, 
c'est son défaut, mais il a une qualité, celle de régulateur des échanges, on ne saurait l'oublier, car si des difficultés apparaissent
 c'est par éloignement de leurs conditions, les Soviétiques l'ont appris à leur dépens 
(voir aussi  :  iconoclast-e.info   -   marketwandering.info   -   present-futur.fr  -  thegreatgreatflaw.com)

Ce livre est le fruit de recherches commencées il y aura bientôt un demi-siècle et poursuivies plusieurs années. 
Son but était d’inciter à la réflexion pour aller au-delà des apparences simplificatrices. Il propose une refondation de la 
structure socio-économique, ce qui peut nécessiter plusieurs siècles.

Pierre Chavenon

Télécharger
" AFFRONTER LE CAPITAL"
au format PDF (5Mo)